Quatre idées de sortie en altitude pour ce lundi de Pentecôte dans le Cantal

Publié le 01/06/2020 à 12h12

Quatre idées de sortie en altitude pour ce lundi de Pentecôte dans le Cantal

Près du puy Violent, l’appel des sentiers et des cimes à prendre d’assaut est le plus fort

Le lundi (de Pentecôte) au soleil, on ne l’aura peut-être pas, partout, en Auvergne, ce 1er juin. Mais qu’importe… Pour les plus courageux, si l’envie de se dégourdir les jambes est la plus forte, voici quatre idées de sorties à faire à pied. Quatre options parmi une constellation de propositions et d’expériences à vivre sur les sentiers du Cantal.

Des propositions de balades dans le Cantal ? Il y en a des centaines. A chacun son coin, à chacun ses préférences : au bord de l’eau, sur les plateaux, à l’assaut des sommets… Faites votre itinéraire.

La cascade des Veyrines (à Allanche, dans le Cézallier).

Bien connue des Cantaliens pour accueillir pique-niques et clapotis dans l’eau du ruisseau, en son aval, la cascade des Veyrines est, surtout très accessible, même pour les marcheurs débutants ou peu motivés.

Depuis Allanche, en voiture ou à deux roues, il faut prendre la direction de Marcenat (sur la D 679). Après le buron des Estives, tourner à gauche direction Landeyrat (D21). Un parking surplombe le site et peut accueillir une trentaine de véhicules. Traversez la route, poussez le portail de bois et descendez vers la cascade, dont on devine la présence au son de sa chute d’eau.

Un escalier permet de descendre face à la cascade ; un passage sur des pierres permet de traverser le ruisseau, en restant au sec, et rejoindre l’autre côté, pour pique-niquer ou se reposer dans l’herbe, en surplombant la chute d’eau.

Il est aussi possible de rejoindre ce site en vélorail pendant la saison estivale.

Sept conseils pour une randonnée de déconfinement réussie et sans risques dans le Cantal

Le col de la Chèvre  (Thiézac, Cère et Goul en Carladès)

Le départ de cette agréable randonnée (10 km ; environ 4 heures, hors pause photos !), se fait depuis le petit hameau de Niervèze, sur la commune de Thiézac (à 25 km d’Aurillac), à 1.030 mètres d’altitude. Se garer sur la place du pett hameau, près de la fontaine.
Si vous ne jurez que par les randonnées balisées, passez votre chemin : l’essentiel de cette balade se fait hors sentiers balisés, hormis la portion sur la crête entre le col de la Chèvre et le Puy Gros (GR 400). Mais pas de difficulté particulière pour autant : en suivant le chemin et en traversant sagement l’estive, on parvient, sans peine (si ce n’est celle de marcher en montagne), jusqu’au col de la Chèvre, à 1.618mètres d’altitude. Les panoramas sont magnifiques : vue sur le puy Griou, le puy Mary et le peyre Arse, au loin, puis la superbe vallée de Brezons en prenant de l’altitude. On accède aussi à l’ancienne chapelle du Cantal, construite en 1687, en altitude. Des messes étaient célébrées à l’intention des vachers et bergers qui passaient l’été dans les estives avec les troupeaux et fabriquaient le fromage dans les burons.Le petit plus ? Tôt dans votre ascension, vous passerez tout près des burons restaurés voire rebâtis sur le parcours, et ils valent le coup d’oeil (buron de la Chambe, ci-dessus, mais aussi buron de la fumade vieille, et aperçu du buron de Niercombe).

Puy Chavaroche (depuis Mandailles, haute-vallée de la Jordanne)

En partant d’Aurillac, l’accès au puy Mary et à de nombreux sentiers de randonnées sur la route sont impossibles, la route étant fermée actuellement pour des travaux.

Conséquence : pour monter jusqu’au puy Chavaroche, il faut s’arrêter à Mandailles (à 920 mètres d’altitude) et grimper 12 km, soit environ 5 heures, en suivant bien le GR400.

Au programme : sentiers ombragés, traversée des estives (dont un passage entre des vaches salers), et quelques passages parfois un peu raides. Mais pas insurmontables !
A l’arrivée, après un dénivelé de 820 mètres : le sommet du puy Chavaroche à 1739 mètres qui offre un panorama superbe sur les puys environnants : le puy Violent, le puy Mary, le Peyre Arse, le puy Griou et le Plomb du Cantal (la photo n’est pas faite au sommet).

Le puy Violent (à Saint-Paul-de-Salers)

Ne vous fiez pas à son nom : il ne vous réserve que de douces surprises. Son nom, il le doit vraisemblablement à la déformation de « puy bêlant » , souvenir de l’époque où les moutons étaient les maîtres des lieux, en estive. 

Partir à l’assaut de ce puy n’est pas trop dur mais doit, comme toutes les randonnées, se faire avec quelques précautions, en l’occurrence, des chaussures de marche : et pas des espadrilles ! La manière la plus facile est de se rendre, en voiture, dans le village de Saint-Paul-de-Salers ; suivre la signalétique « puy Violent ». Au Vielmur, prendre à gauche. Un parking est situé en toute fin de route : comptez 1h30 l’aller-retour pour la randonnée sur le puy Violent. Evidemment bien plus si vous vous baladez autour, entre les pieds de gentiane et les fleurs sauvages.L’ascension de ce puy qui domine le plateau du Violent du haut de ses 1.594m, offre un superbe panorama sur le roc Labro, le puy Mary, le roc des Ombres ; et même le massif du Sancy, par beau temps, et avec de bons yeux.

Marie-Edwige Hebrard

La chance du Cantal, outre ses sites prestigieux pour lesquels les touristes se déplacent en masse, est peut-être aussi d’avoir des frontières avec des départements tout aussi magiques et dépaysants. Alors, pour se dégourdir les jambes à moins de 100 km, et en respectant les mesures barrières et de sécurité (afin aussi de ne pas effrayer les petits animaux qui n’ont pas vu d’humains depuis le confinement), le choix est vaste. Voici une petite sélection en ce dimanche 17 mai 2020 particulièrement ensoleillé et premier week-end de déconfinement.

1. Le puy Mary.

A la pêche aux bonnes idées pour marcher un peu et profiter de paysages somptueux, dans le Cantal, le puy Mary tient la dragée haute, qu’on y soit déjà aller ou qui y retourne, les saisons changent le décor et la vue surprend à chaque fois. Au nord, la chaîne du Sancy, au sud les hauts plateaux de l’Aubrac, et à l’ouest, un horizon qui va bien au-delà des 100 kilomètres… La majestueuse silhouette du puy Mary (1.787 m) est reconnaissable entre toutes dans les monts du Cantal. Et il est de nouveau accessible, les routes d’accès au pas de Peyrol sont rouvertes. Attention, cependant, la route d’accès depuis Aurillac est fermée entre le col du Redondet et le pas de Peyrol du fait de travaux sur un ouvrage. Plus largement,
les chemins de randonnées cantaliens sont de nouveau accessibles ; mais les gestes barrières doivent continuer à être respectés, même en pleine
nature. Du côté du Grand site de France puy Mary-Volcan du Cantal, on conseille d’ailleurs de faire attention sur les routes forestières : « La faune s’est réappropriée par endroits des territoires. N’essayez pas de vous approcher trop près, les animaux sauvages sont comme nous, ils ont besoin qu’on respecte des distances pour ne pas se sentir menacés, surtout en cette période de naissance ».

Se ressourcer dans un panorama idyllique, c’est possible en quelques kilomètres dans le Cantal.

https://www.lamontagne.fr/aurillac-15000/loisirs/nos-trois-idees-de-sorties-a-moins-de-100-km-autour-du-cantal-pour-ce-premier-dimanche-deconfine_13789295

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close